fév 14 2010

Le Tapis de Kairouan

Published by at 11:27 under art de vivre,patrimoine,tourisme,Traditions

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Une production à la baisse
Dans le gouvernorat de Kairouan, le travail du tapis demeure la plus grande activité artisanale exclusivement féminine. D’ailleurs, on dénombre dans la région 25.000 artisanes.
C’est également un art qui puise dans le patrimoine du tapis turc avec pour décoration des formes géométriques illustrant les liens existants entre l’architecture islamique et le tissage traditionnel.
Durant les dix dernières années, l’ONA a encouragé les artisanes à produire davantage de nouvelles créations inspirées du patrimoine tunisien répondant à l’évolution des goûts de la clientèle et de la mode.
Par ailleurs, le gouvernorat de Kairouan produit annuellement une moyenne de 50.000 m2 de tapis et de tissage, soit 20% de la production nationale.
Néanmoins, on a constaté depuis cinq ans une diminution de la production due à l’exploitation des artisanes par des intermédiaires voraces, au prix de plus en plus cher de la matière première, au prix prohibitif du tapis et au nombre élevé de marginaux qui ne font que harceler les touristes pour aller vers tel ou tel magasin.
Pour plusieurs artisanes dont Mme Leïla Selmi, spécialisée dans le tissage à Al Ala, leur vœu est qu’elles puissent se retrouver au niveau de la formation, de la qualité de la production afin que leurs tapis et mergoums trouvent leur place au niveau de la commercialisation aussi bien en Tunisie qu’à l’étranger, et ce, à travers des campagnes promotionnelles et publicitaires. Cela sans oublier la nécessité de revoir la couverture sociale des artisanes, d’encourager les producteurs à créer davantage de points de vente, de contrôler la qualité des matières premières, des opérations de teinture et de filage selon un cahier des charges, de réorganiser le souk des tapis «Errabaâ» envahi par les intrus.
Par ailleurs, il serait souhaitable d’améliorer la qualité d’encadrement des artisanes afin qu’elles améliorent leur production et qu’elles passent de la texture 20 x 20 à celle de 30 x 30.
Notons dans ce contexte que du mois de janvier à octobre 2009, la région de Kairouan a produit 33.714 m2 de tapis contre 43.725 m2 pour la même période en 2008, soit une diminution de 22%. Et le prix du m2 de tapis en 2009 a varié de 50 à 80 D, celui du mergoum de 20 à 30 D. En 2008, le prix du m2 de tapis a varié de 70 à 75 D, celui du mergoum de 25 à 28D.
Article publié dans le journal la Presse écrit par Fatma ZAGHOUANI

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply