mar 28 2008

La maison Africa d’el Djem

Published by at 20:15 under archéologie,Architecture,art de vivre

Patio de la villa Africa à El Djem en Tunisie
© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Une somptueuse demeure aristocratique

Tant par ses dimension exceptionnelles que par la particularité de certains de ses aménagements et surtout par l’incomparable éclat de son riche décor, la maison d’Africa est une des plus somptueuses demeures aristocratiques mises au jour dans le pays. Elle est en effet la plus vaste de toute l’Afrique romaine avec ses 3000 m2 dégagés jusque là. Elle est dotée d’une aile noble où le maître de maison recevait luxueusement sa clientèle de ses convives. Pour cela, il avait le choix entre la fraîcheur des prestigieux espaces formés par les quatre galeries pavées de mosaïque et agrémentées délégantes colonnes stuquées et peintes ou la douce chaleur d’un immense « triclinium ».

Salle à manger de la villa Africa à El Djem en TunisieUn salon-salle à manger de 200 m2, dont le sol est orné d’une mosaïque au décor bien adapté à la fonction conviviale de la pièce : gibiers, poissons, fruits de mer et fruits de tout genre dont une étonnante coupe en verre remplie de cerises, autant de délices dont les hôtes se régalaient grâce à la générosité du maître des lieux. De nombreuses pièces ouvraient sur les vastes galeries qui encadraient un grand jardin, situé un peu en contrebas et doté d’un magnifique bassin qui ne manquait pas de dispenser de la fraîcheur sous ce climat peu clément. A côté de ce corps principal et prestigieux de la demeure où le maître de la maison tenait à afficher son image de marque, étaient aménagés des appartements privés , accessibles par une des galeries du péristyle, et qui formait un ensemble distinct où se déroulait la vie quotidienne de la famille, loin des regards étrangers et du vacarme de la rue. De coquettes chambres à coucher constituaient un espace propice au repos. Les unes étaient simples et les autres d’apparat mais elles étaient dans presque tous les cas précédées d’antichambres destinées à préserver l’intimité des habitants. L’emplacement du lit était marqué par un décor simple, généralement un dessin géométrique, alors que la partie visible du sol portait des motifs figurés particulièrement élaborés. Quant à la chambre d’apparat, elle comportait deux parties distinctes : la première sur levée d’une trentaine de centimètres, marquait l’emplacement du lit, la second, beaucoup plus vaste portait un luxueux pavement fait de plaques de marbre de différentes couleurs découpés savamment et disposées de manière à former un décor géométrique ou figuré.

Pour sa reconstitution, la Maison d’Africa s’est appuyée sur une haute rigueur scientifique garantie par l’Instruction National du patrimoine sous la conduite de Hédi Slim, Conservateur du site, de Jean-Claude Golvin, Directeur de Recherche au CNRS, de Khaled Karoui, Architecte chef de service des sites protégés à l’INP, et Mabrouk Hamrouni qui a géré les travaux.

Pour visiter la maison aller au musée d’El Djem.

site sur la villa Africa

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply