sept 17 2007

Un millésime à succés …

Published by at 19:19 under agriculture


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

C’est bientôt la fin des vendanges et le temps des bilans. La récolte fut certes moyenne en quantité mais bonne en qualité. La raison est prinicpalement dûe aux conditions climatiques, bien que relativement humide cet hiver, elles furent dures ensuite avec notamment un coup de sirocco redoutable en juin. Celui-ci a fragilisé les et asséché les grappes de raisins. Les viticulteurs estiment la perte autour de 30 à 40 % par rapport à l’année dernière mais se réconforte par une meilleure qualité de raisins notamment pour la production de vin. Pouvons aujourd’hui affirmé que le millésime 2007 sera un grand cru, certes pas, mais il s’annonce déjà très savoureux.

Enfin comme dit le proverbe, ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Les vendanges battent encore leur plein, notamment dans la région de Gromabalia sur les célèbres cépages
Pinot, Merlot, Syrah, Cabernet et Chardonnay.

Les raisins sont ensuite envoyés à la cave de Grombalia pour la vinification dans les conditions techniques et modernes optimales : « Nous avons entrepris d’énormes efforts pour l’amélioration des conditions de vinification, de stabilisation et de conditionnement des vins pour faire face à la concurrence. Tout à été mis à niveau aussi bien sur le plan de la formation du personnel, de l’hygiène, des équipements, de la température contrôlée et de la traçabilité » selon les dires de l’UCCV. Et la réalité c’est un équipement équivalent aux plus grands domaines français, la cave de Grombalia est équipée de deux cuvettes de réception en inox, deux groupes de froid, trois pressoirs et 21 cuves thermorégulés, les vignes des meilleures cépages sont palissées et bénéficient d’une irrigation goutte à goutte. Au final, les vins tunisiens ont fait le plein de médailles aux Vinalies internationales 2006 à Paris où nous avons obtenu quatre médailles dont deux en or, un véritable record pour un marché international particulièrement difficile et où la concurrence est très élevée. Les vins tunisiens sont devenus compétitifs et partent aujourd’hui à la conquête des marchés européens et africains, mais aussi asiatiques et russes.

One response so far

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply