mar 01 2008

Le recul du tourisme à Kairouan

Published by at 11:46 under Grands chantiers,tourisme

Grande mosquée de Kairouan en Tunisie
© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Kairouan souffre de sa situation géographique, qui n’en fait plus qu’une ville de «passage Circuits», sur la route du désert, comme l’appellent les techniciens des agences de voyages. Réduite en étape technique ou demi-journée de visites dans le meilleur des cas, Kairouan est de plus en plus banalisée. Les chances d’en découvrir l’aspect culturel sont de plus en plus compromises, faisant chuter le nombre de touristes étrangers non arabes de 260.000 en 2005 à 200.000 touristes en 2007. Le parc hôtelier de Kairouan se limite, d’ailleurs, à 05 hôtels, dont quatre ont plus de 25 ans.

Kairouan est l’une des capitales de la tapisserie mondiale, 4ème ville sainte du monde musulman, le Musée de Rakkada recèle de manuscrits d’exception, les édifices magnifiques sont propices à de l’évènementiel de grande facture si l’offre hôtelière autour suivait. Patrimoine mondial de l’UNESCO, en 2009 elle sera capitale de la culture islamique et tous les efforts semblent finalement s’actionner…

 

enfants dans la cour de la grande mosquée de kairouan en TunisieDes atouts d’exception ?

Assurément, comme d’ailleurs d’autres villes archéologiques recelant des trésors endormis et sous exploités. Mais Kairouan ennuie, comme bon nombre de villes touristiques au potentiel aussi énorme. Kairouan sombre dans l’anonymat, laissant un véritable goût de gâchis et de frustration.

Dans le monde, les villes et villages touristiques prennent le relais sur les destinations. Elles choisissent une option, s’inventent un concept et se construisent une identité : village à antiquaires, paradis pour golfeurs, ville shopping, capitale pour jet set, ou capitale de musique classique le temps d’une programmation retentissante.

Kairouan a sombré dans l’anonymat pour ne pas avoir construit, au bon moment une visibilité claire et haute en couleurs. Les villes touristiques tunisiennes restent discrètes ne parvenant pas à se créer une image de marque affirmée. Ne seraient-elles pas des relais solides pour soutenir la destination dans son ensemble ?

L’urgence est à la conception d’une véritable dynamique culturelle applicable à toutes les régions de Tunisie, en prenant en considération les caractéristiques de chaque région. Le travail ne peut qu’être le fruit d’une stratégie globale à mette en place sur le long terme.

 La tendance mondiale n’est plus au tourisme culturel, elle est au mieux disant culturel. C’est ce principe même qu’appliquent les destinations qui se livrent des guerres acharnées. L’inventivité des grands professionnels du tourisme, de la culture, de la communication se conjuguent à l’infini pour séduire, innover et surprendre. Les cartes magnétiques des chambres d’hôtels sont dessinées par des sommités de la peinture contemporaine, les hôtels, restaurants et bars sont élaborés par des bijoutiers et des créateurs de mode.

Kairouan trouverait-elle sa voie ? Les festivals régionaux, sont déjà un point de départ à exploiter. Poussées vers la professionnalisation, ces manifestations pourront catalyser des forces nouvelles, susceptibles de solliciter et retenir plus d’attentions.

Le tourisme tunisien s’adapte difficilement aux attentes d’un monde qui communique beaucoup et bouge très vite. Trop longtemps pensée pour et par des hôteliers, c’est la destination qui ennuie. Plus que jamais auparavant, choisir une destination c’est acheter un rêve, et la Tunisie ne fait plus beaucoup rêver. En Tunisie, l’investissement est encore et toujours de béton, de marbre et de coups de milliards de constructions, ou ne l’est pas.

patio de la Zaouia el Ghariani à Kairouan en Tunisie Soit, mais les relais créatifs sont nombreux, et il est urgent de les solliciter. Comment Kairouan peut-elle décider des investisseurs à s’intéresser à ces potentialités, si l’image même du tourisme tunisien est mise à mal par une conjoncture assez morose et une reprise largement annoncée et encore avortée.

Décalé, le tourisme tunisien saisit péniblement les tendances. Une certaine lenteur le ralentit, lui faisant rater des tournants importants, laissant échapper calmement certaines «modes», au point de se retrouver en «conflit» avec sa cible. Une cible de plus en plus jeune, plus exigeante, et noyée par les opérations de charme des destinations concurrentes et émergeantes.

Pour sauver Kairouan aujourd’hui, il faut mettre en place beaucoup de chiffres et un grain de folie. Le tourisme est aujourd’hui, plus que jamais, beaucoup de chiffres, de très gros enjeux économiques et beaucoup d’audace.

Alors aujourd’hui et plus que jamais, j’ai envie de rêver à un tourisme dans le vent. Un tourisme où l’on voit fleurir des dizaines de grands noms de l’hôtellerie mondiale.

Une habitation typique serait-elle bientôt reconvertie en un énigmatique et somptueux «Bougie hôtel» ? Verrat-on jaillir un spa grand luxe sous tente d’exception au milieu de la steppe avec transfert exclusif en hélicoptère ? Imaginez, des dîners de mille et une nuits, autour des bassins troglodytes avec mise en place d’exception, feu d’artifices époustouflant ? La grotte la plus grande d’Afrique du Nord sera-t-elle aménagée avec tout un projet de sports extrêmes : Cross, delta plane, quad, Vtt, etc. ?

Au rythme de mes divagations, d’autres se souviennent d’un temps où l’inventivité faisait flotter des bateaux dans les bassins aghlabides. Des instants magiques gravés dans les mémoires, à l’occasion d’un exceptionnel cocktail dans les jardins du Musée de Rakkada éblouissant de beauté et brillant de mille feux.

Pour survivre, la destination se doit de séduire à nouveau. Kairouan, elle, se doit de trouver sa voie.

Son avenir touristique passe incontestablement par la valorisation de son patrimoine et la naissance d’un tourisme culturel dynamique et valorisant. Les projets sont à portée de main et Kairouan rejaillira comme une somptueuse capitale culturelle moderne et ouverte.

 

Article de Amel Djait Belkaid sur webmanagercenter.com

2 responses so far

2 Responses to “Le recul du tourisme à Kairouan”

  1. adminon 15 mar 2008 at 17:15

    Je consulte ce site depuis longtemps et vous transmets toutes mes félicitations pour cet excellent site sur Kairouan, toutes les villes de Tunisie devraient en faire autant pour faire connaitre leur patrimoine et leur histoire.

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply