Archive for janvier, 2008

jan 11 2008

L’oasis de Ksar Ghilaine

Published by under Environnement,tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Il s’agit de l’oasis la plus saharienne du sud tunisien, elle est encerclée par les dunes du Grand Erg Oriental et connaît un épanouissement certain grâce à un forage puisant une eau de 37°C à plus de 700 m de profondeur. La source chaude remplit d’abord une mare où l’on peut se baigner en toute saison, l’eau est à environ 37°C et est très vite renouvelée par la source. Cette eau sert à l’irrigation de l’oasis, ce jardin d’Eden qui a poussé là, en plein désert. Ses verts palmiers et ses gerbes roses de tamaris sont dignes d’un Monet surgissent des dunes. Elle est aujourd’hui un véritable petit paradis au cœur du désert, l’abondance de l’eau a développé une agriculture dense et créé ainsi un micro-système végétal et animal rare dans ces régions. Sous les très nombreux tamaris vivent les animaux du désert, véritable petit réserve naturelle où cigognes, fennecs, gazelles et une multitude d’oiseaux cohabitent à l’écart du campement touristique. Autour de cet îlot de fraîcheur, le sable chaud s’étend à perte de vue. De l’ocre rouge au jaune d’or, ses couleurs changent d’un instant à l’autre. C’est dans ce somptueux décor naturel qu’Anthony Minghella a tourné son film Le patient anglais. Debout sur le mur en ruine de l’ancienne citadelle de Ksar-Ghilane, on voit le désert s’ouvrir à l’infini. Son origine remonte à la période romaine, elle faisait alors partie du limes de l’Empire romain.
Au cœur de cette oasis, très touristique, a été installé des campings sous tente avec sanitaires et douches ainsi qu’un campement de luxe, le relais Pansea, au confort le plus complet. Une démarche originale mais peu adaptée aux aventuriers, une nuit à la belle étoile est recommandée, attention de ne pas dormir trop près du bassin de la source d’eau chaude, surtout en hiver où la température extérieure, qui peut atteindre les zéro degré, créée alors un nuage d’eau très pesant. Mais le lever du soleil est alors unique, ce brouillard de vapeur d’eau, qui a dans la nuit envahi l’oasis, est alors transpercé par un soleil rasant, c’est alors une grande fraîcheur qui domine et la dégustation de quelques dattes à même les palmiers devient un délice rare.
A un peu plus d’une demi-heure à dos de dromadaire et un 1/4 d’heure en 4X4 ou quadd à travers les dunes on peut découvrir le fort romain transformé plus tard en camp de retranchement pour l’armée française durant la seconde guerre mondiale, bien que de peu d’intérêt c’est surtout l’occasion d’une splendide promenade dans ce paysage de petites dunes orangées.

No responses yet

jan 10 2008

L’huile comme médicament

Published by under art de vivre,Traditions


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Depuis l’Antiquité et jusqu’à l’époque moderne, la médecine traditionnelle a souvent eu recours aux onguents à base d’huile d’olive surtout pour la cicatrisation des blessures. Avicenne recommandait un onguent d’huile d’olive et de fleurs de romarin auxquelles on prêtait des vertus rajeunissantes. L’huile est employée en outre comme médicament contre les maux de tête, de ventre, des yeux, des oreilles. Les médecins recommandaient de l’omphacium, l’huile d’oléastre ou olivier sauvage. L’huile sert aussi en médecine vétérinaire:L’agronome Columelle l’emploie pour soigner les boeufs de la constipation, de la toux, des ulcères. De nos jours, une cueillere d’huile d’olive de première pression « Ndhouh » mélangée avec du miel est recommandée contre les maux de gorge. Par ailleurs, les récentes études scientifiques sur les troubles cardio-vasculaires, les cancers, le vieillissement, arrivent à la conclusion que l’huile d’olive contient des éléments utiles pour les préventions de ces maux.

Article extrait du site Medina Portal

One response so far

jan 09 2008

Ecsapade au village "berbère" de Zriba

Published by under tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Ce circuit d’une quarantaine de kilomètres oscillent entre asphalte et piste rocailleuse, ascension et plaine. De Zaghouan prenez en direction d’Enfidha par la MC133, à 8 km prenez à droite en direction de Hammam-Zriba, traversez le village et prenez à gauche puis de nouveau à gauche sur le pont de l’oued avant la station thermale, continuez alors tout droit votre chemin sur la piste durant 15 km, l’ascension finale au vieux village de Zriba , aujourd’hui occupé par une dizaine de familles, peut être très difficile, mais le panorama offert par beau temps est exceptionnel et couvre tout le golfe de Hammamet à l’est, la plaine sud de Tunis au nord et le Jebel Zaghouan à l’ouest. Les restes des maisons berbères s’accrochent péniblement au flanc de la colline et leur état de delabrement montre bien les rudeurs du climat. Les enfants vous accompagneront à travers les ruelles du village à la découverte des maisons et mosquées.

Zriba, Takruna et Jradou
Arbitrairement qualifiés de villages berbères, ses trois villages occupent des pitons rocheux d’un ensemble montagneux dans le Tell d’où surgit le Jebel Zaghouan à 1295 m d’altitude. Il est difficile cependant d’avancer une date quant à la naissance de ces « villages-citadelles ». Le silence des sources médièvales à leur égard, et l’observation directe des lieux, plaideraient pour une date ne dépassant guère le XVII s. Une chose est, certaine c’est que leurs habitants, de clans familiaux différents, n’ont jamais parlé berbère. Dans son ensemble, l’architecture de pierre et les maisons à cour, rappellent celles du cap Bon et notamment celles de certains villages du Sahel, telles que les proches bourgades de Hergla et de Sidi Bou Ali. L’essentiel des constructions est fait de pièces voûtées, utilisant et maîtrisant les techniques de l’arc cintré, de la croisée d’ogive et de la voûte d’arête. Chacun de ces trois villages, dont le plus important était Zriba, abrite une zaouia dédiée à Sidi Abdel Qader Jilani, le plus représenté parmi les saints en Tunisie et dont les dépouilles sont inhumées à Baghdad. Ces zaouia, à l’instar des mosquées voisines, abritent des éléments architectoniques antiques provenant des différents sites antiques des environs immédiats. Elles ont joué le rôle de kuttab ou écoles coraniques pour les jeunes villageois. Ces villages sont presque complètement abandonnés depuis les années soixante dix. Point commun à ces lieux pittoresques, est le grandiose panorama sur le mont Zaghouan, les plaines environnantes et le superbe golfe d’Hammamet. On continue encore aujourd’hui à produire de l’alfa, vendu sous forme de tresses pour la fabrication de couffins, de scourtins pour le fromage et les olives, de bissac de chameaux.

L’article Zriba, Takruna et Jradou est extrait du site Medina Portal

No responses yet

jan 08 2008

A l’eau … la Sonede – suite 2

Published by under Insolite

20h30 : toujours pas d’eau, mais que de rebondissements
la Sonede opère sur nos tuyauterie depuis plus de 24 h mais toujours et deux fois de suite au même endroit et sans succès !!! Constat établi, il décide en fin de journée de déplacer de quelques dizaines de mètres leur chantier, fouille, exploration, … je ne sais plus comment appeler cela, tout cela dans l’espoir de trouver la fuite ou le bouchon.
Il creuse donc au bout la rue à l’extrémité de la canalisation pour la purger et essayer ainsi de relancer le débit et la pression d’eau, mais nouveau rebondissement, la municipalité décide enfin d’intervenir malheureusement pas pour nous aider puisqu’elle a demandé aux gens de la Sonede d’arréter immédiatement leurs travaux parce que l’autorisation qui leur était donné ne concernant que la journée d’hier et le haut de la rue… Stupéfiant … les ouvriers de la Sonede ont donc pliés outils et pelles pour se rentrer et nous laisser une nouvelle soirée et nuit sans eau…
Merci aux services techniques en espérant que demain, jours fériés il seront plus efficace que la Sonede pour nous alimenter en eau … je crains que non …

8 responses so far

jan 08 2008

A l’eau … la Sonede – suite 1

Published by under Insolite

14H30 ce mardi : toujours pas d’eau, après avoir appelé ce matin, ils m’ont assuré que l’eau avait été rétabli cette nuit, mais rien juste un minuscule filet d’eau au robinet du jardin, donc j’insiste, les équipe reviennent à l’ouvrage vers 10 h et l’on informe que la canalisation de la rue est foutue mais qu’ils vont essayer de la réparer pour la remplacer complétement plus tard. Pour ce qui est de la canalisation je n’avais guère de surprise vu le nombre d’intervention faite dessus en 2007, mais depuis ils auraient pu la changer, eh bien non ils vont l’exploiter jusqu’à son dernier souflle et le notre d’ailleurs … pour l’instant on attend l’hypothètique espoir de revoir l’eau couler dans nos robinets. Bientôt nous allons devoir faire appel aux dons de chacun pour un peu d’eau…
J’ai demandé une citerne mais pareil toujours rien…

No responses yet

jan 08 2008

A l’eau … la Sonede

Published by under Insolite


Etat du chantier ce matin à 8h30, ça promet pour la journée…

Depuis dimanche 19h et jusqu’à ce matin les habitants de ma rue à Megrine, et donc moi même, n’avons plus d’eau, cela fait maintenant 36 heures. Certes je veux bien reconnaitre que ce n’est pas un drame mais c’est assez incommodant surtout au niveau de la cuisine et les toilettes, … ainsi que pour les enfants, j’en ai deux, de 1 an et 3 ans.
Mais le plus affligeant dans l’affaire est la gestion de cette rupture de canalisation par les services de Sonede. Comme chacun peut l’imaginer nous avons contacter les services de la Sonede de notre district, certes timidement le dimanche soir, mais de façon beaucoup plus insistante le lundi matin, l’appel de la douche chaude…
Le service technique concerné nous répond qu’ils envoient une voiture, il était 8 heures … passe trois heures je les rappelle, réponse: « une voiture a été envoyée sur place ». Mais on ne sait pas si celle-ci est arrivée … si elle s’occupe du problème, en tout cas nous n’avons vu personne.
Je décide donc d’appeler le service central de réclamation qui prend poliment ma plainte et me demande de le rappeler cinq minutes plus tard, le temps qu’il appelle le district d’Ezzahra pour se renseigner. Je rappelle donc 5 minutes plus tard -je pense d’ailleurs qu’un service de qualité prendrait mon numéro et me rappelerait pour m’informer de l’évolution de la gestion de ce problème- et il m’apprend qu’une voiture est sur place. Je reste zen ….
Vers 14 h ne voyant toujours aucune intervention au niveau de ma rue, aucune présence de la Sonede, je reprends mon téléphone et appelle le district, il parait qu’ils ont détecté le problème, une fuite au niveau de la canalisation de distribution -sincèrement, je n’ai pas fait d’études en hydraulique mais j’avais moi-même trouvé le problème- et que tout sera remis en état dans une heure. Je suis enfin optimiste, je me rends de nouveau dans la rue mais personne travaille. Bizarre…
17h le chantier a pris forme dans la rue, une nouvelle fois, parce que ce n’est pas la première, les techniciens perforent la rue pour accéder à la fuite, je contacte les services techniques qui me répondent qu’ils sont actuellement à l’oeuvre et que l’eau sera rétablie dans une heure. Là très naïf j’y crois fort, surtout qu’il m’a enrobé cela de plusieurs Inch Allah …
Mais n’avais-je pas pensé que la nuit allait tomber et que le trou béant au milieu de la rue allait sérieusement s’obscurcir et les techniciens étaient comme moi il n’avait pas pensé à ramener de la lumière …
19h je me rends au chantier et constate effectivement qu’ils sont dans le noir obscur et attendent une solution pour l’éclairage. Je désespère de nouveau.
Vers 22h de nouveau furieux j’appelle le service de réclamation central pour leur transmettre poliment mon désapointement. Il me demande une nouvelle fois de me rappeler dans 5 minutes et me répond alors avec de plates excuses que l’eau sera rétablie demain à la première heure.
Bilan il est 8h, cela fait maintenant 36 heures que l’on a pas d’eau, l’économie en eau faite fut gaspilé dans une bonne vingtaine de communications téléphoniques, mon évier est plein, mes toilettes aussi, mes enfants sont sales, … et tout le quartier aussi.

Les services de la Sonede ne nous ont aucune fois rendu visite pour nous informer de l’état, ni même appelé, ne se sont pas excusé et encore moi proposé ou mis à disposition une citerne d’eau pour gérer les petits problèmes quotidiens. J’ai fait un stock de d’eau minérale pour laver les biberons et les fesses de mes petits…

14H30 ce mardi : toujours pas d’eau, après avoir appelé ce matin, ils m’ont assuré que l’eau avait été rétabli cette nuit, mais rien juste un minuscule filet d’eau au robinet du jardin, donc j’insiste, les équipe reviennent à l’ouvrage vers 10 h et l’on informe que la canalisation de la rue est foutue mais qu’ils vont essayer de la réparer pour la remplacer complétement plus tard. Pour ce qui est de la canalisation je n’avais guère de surprise vu le nombre d’intervention faite dessus en 2007, mais depuis ils auraient pu la changer, eh bien non ils vont l’exploiter jusqu’à son dernier souflle et le notre d’ailleurs … pour l’instant on attend l’hypothètique espoir de revoir l’eau couler dans nos robinets. Bientôt nous allons devoir faire appel aux dons de chacun pour un peu d’eau…
J’ai demandé une citerne mais pareil toujours rien…

One response so far

jan 07 2008

La place du marché de Tataouine

Published by under art de vivre,Traditions


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Vendeur de laine sur la place du marché central au centre ville de Tataouine

No responses yet

jan 06 2008

Entrée sud de Tunis

Published by under Environnement,Grands chantiers


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Voilà le spectacle actuel et depuis quelques années de l’entrée sud de la capitale. Ces locaux administratifs desafectés sont en attente de destruction dans le cadre du mega projet Sama Dubai, près de 18 milliard de dinars (10 milliards d’euros), pour la construction d’une ville ultra moderne. Un projet pharaonique dépassant le montant du budget annuel de l’Etat tunisien, qui avoisine les 8 milliards d’euros. Les superlatifs sont donc toujours trop faibles et l’avenir de la capitale bouleversée. En attendant on accède toujours à cette grande ville par un ensemble de batiments particulièrement peu reluisants. Ces batiments séparent la route du port de Tunis qui sera prochainement aménagé en port de plaisance, un projet particulièrement intelligent qui va dynamiser le centre ville historique. A l’instar de Barcelone qui a su il y a plus d’une dizaine d’années ouvrir majestueusement les ramblas vers la mer avec une zone portuaire et de plaisance parfaitement intégrées au coeur historique.
Cette même idée qui germe depuis plusieurs années à Tunis a prix un retard considérable, certainement du à l’intéret récent des investisseurs de Dubai. Mais depuis plusieurs mois que ce mega projet et son budget sont affichés, il serait temps de commencer les travaux et revaloriser cette entrée qui sera aussi celle de « Sama Dubai City »…

Quelques photos de « Sama Dubai City »

3 responses so far

jan 05 2008

Les floristes de l’avenue

Published by under Environnement


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Depuis la rénovation, réussie, de l’avenue Habib Bourguiba en centre ville de Tunis, avec la réorganisation des trottoirs, de la circulation, l’agrandissement des terrasses de cafés, et une esplanade centrale plus grande, je regrette fortement le rejet des kiosques à fleurs en bas de l’avenue près de la gare de TGM. Aujourd’hui l’allée centrale de l’avenue est vide et triste, trop peu animée. Les kiosques à journaux et à souvenirs sont rejetés sur les trotoirs latéraux et les floristes en bas de l’avenue dans un secteur trop peu voir pas du tout visité par les touristes.
Le charme et les senteurs de ces kisoques colorés, de ces gens préparant les jasmins créaient un dynamisme et une animation continue particulièrement appréciée des touristes. Je fais une nouvelle fois référence à Barcelone où l’artère touristique prinicpale de la ville, les Ramblas, sont pleines d’échoppes et de kiosques de tous genres agrémentant ainsi les lieux et attirants beaucoup de monde et de spectacles de rues. Aujourd’hui l’avenue, malgré une rénovation réussie, a perdu tout son charme et son animation, il ne reste plus que des boutiques et des terrasses de cafés trop peu fréquentées.

No responses yet

jan 04 2008

La poissonnerie du Lac

Published by under Insolite


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Au beau milieu du lac, sur la voie romaine, aujourd’hui la route reliant Tunis à la Goulette, on découvre un batiment situé au dessus de l’au, il s’agit de la poissonnerie du Lac. Ce batiment m’a toujours étonné. Y a t-il des clients qui s’arrêtent, sur cette voie romaine des près de dix kilomètres à sens unique un seul magasin … une poissonnerie.

One response so far

jan 03 2008

Pont de Radès … avancée des Travaux

Published by under Grands chantiers


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Les travaux avancent sur le pont haubanais de Radès,
ici les voix d’accès nord et leurs piliers.

No responses yet

jan 02 2008

Maltaises en quantité

Published by under agriculture


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Considérée à juste titre comme le principal bastion de la production des agrumes en Tunisie dans la mesure où elle contribue à hauteur de 85% de la production nationale, la région du Cap Bon vit ces jours-ci au rythme de la cueillette des oranges dont la production pour la présente saison s’élèvera à 230 mille tonnes, toutes variétés confondues — un record nous a-t-on signalé du côté du CRDA de Nabeul — contre 181 mille tonnes la campagne précédente, soit une augmentation de l’ordre de 20%. A préciser que la production à l’échelle nationale est estimée à 265 mille tonnes. Il y a lieu de noter que pour la variété des maltaises qui constitue l’ambassadeur de charme des agrumes tunisiennes, les estimations pour la présente saison tablent sur une production de 82 mille tonnes enregistrant de la sorte un plus de 25% par rapport à l’année dernière. En ce qui concerne cette variété, qui s’exporte le mieux d’ailleurs, la quantité qui prendra le chemin de l’étranger notamment à destination de la France où dix-huit agents commerciaux nationaux sont implantés surtout à Marseille, Paris et Nice s’élèvera à 25 mille tonnes…
A noter que cette production abondante qui constitue, comme on l’a précisé ci-dessus, un record, est générée par la combinaison de deux principaux facteurs à savoir une bonne pluviométrie durant les mois de décembre, janvier, avril et juin de l’année dernière et une élévation des températures pendant le mois de février, et à l’entrée en production de jeunes pieds dont la moyenne d’âge est de sept et huit ans …

Lire l’article complet de Rafik SOUABNI dans La Presse du 2/01/08

No responses yet

jan 01 2008

Bonne Année 2008

Published by under Non classé

Je vous souhaite à tous
t’atteindre
en cette année 2008
les plus hauts sommets … de Tunisie.

One response so far

« Prev