Archive for octobre, 2007

oct 31 2007

Le dromadaire

Published by under art de vivre,tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Il est depuis l’époque romaine l’indispensable compagnon des nomades du désert par sa robustesse, son alimentation rudimentaire et sa bosse, réserve de graisse qui restitue l’eau métabolique nécessaire à sa survie. C’est le champion de l’endurance et de la résistance dans les zones désertiques, il peut marcher près de quinze jours à travers les dunes de sable sans boire. Utilisé principalement pour transporter les sacs, il est capable de porter 200 kg, il est aussi utilisé comme animal de trait pour notamment les labours. La femelle produit jusqu’à 10 l par jour de lait très consommé et usité par les populations nomades. Le dromadaire peut vivre entre 20 à 25 ans, il est considéré comme adulte à l’âge de sept ans mais la femelle est féconde dès sa quatrième année, la gestation dure 12 mois.

No responses yet

oct 30 2007

Le pain tabouna


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Voici une terre cuite punique, provenant du musée de Carthage que j’apprécie particulièrement. Cette figurine reproduit une scène de cuisson dans un four à pain domestique (tabouna) façonné avec de l’argile séchée. Une femme est en train de placer une galette contre la paroi intérieure du four préalablement chauffé, sous le regard intéressé d’un enfant. Cette scène quotidienne datant de plus de 2500 ans (VIème siècle avant JC) est toujours d’actualité. Ces fours sont toujours présents dans les maisons ou sur les routes de Tunisie.

No responses yet

oct 29 2007

Pollution urbaine …

Published by under Environnement


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Le brouillard tunisois …

No responses yet

oct 28 2007

Tarek M’Rad et ses " Quiproquos "

Published by under art de vivre,Insolite


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Merci à Tarek M’Rad pour son invitation mais surtout pour cette rencontre. Son émission sur RTCI « Quiproquo » le samedi de 16h à 19h30 fait plaisir à attendre pour son contenu mais aussi et surtout son niveau culturel. Pour un « amateur » de la radio, il a su me donner envie de rallumer la mienne, en tout cas je serais à l’écoute chaque samedi…

Ce fut un moment simple, agréable et divertissant ou culture, ironie et critique font bon ménage. Alors continue dans cette voix et à très bientôt…

J’espère que tu m’en voudras pas trop pour la photo !!! et que je pourrais te retrouver au moins sur mon blog …

2 responses so far

oct 27 2007

Visite du SIAMAP : Les animaux

Published by under agriculture


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Chaque jour des compétitions nationales des différentes espèces animales ont lieu dans le Hall 3 avec la présentation des plus belles espèces animales de la ferme au coeur d’un grand ring de competition. Vaches, veau, mouton, chèvres, chevaux, dromadaires, poules, lapins, … sont quelques unes des espèces que vous pouvez rencontrer, découvrir et toucher au Salon de l’Agriculture. Faites vite il ne reste plus que deux jours …


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Voir les photos du salon

No responses yet

oct 26 2007

Visite du SIAMAP : Les tracteurs

Published by under agriculture


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Voir les photos du salon

No responses yet

oct 25 2007

Salon de l’agriculture de Tunis

Published by under agriculture


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Ouverture aujourd’hui de la 9ème édition du Salon International de l’Agriculture, du Machinisme Agricole et de la Pêche (Siamap) à la foire exposition du Kram. Un événement à visiter jusqu’au 28 octobre.
Installé à la foire du Kram le SIAMAP’ Tunisie 2007 a pour principaux atouts, une surface totale de 25 000 m2, dont une aire d’exposition de plus de 15 000 m2, 3 halls destinés aux exposants, des infrastructures modernes et une logistique exceptionnelle. 400 exposants de 12 pays et 30 000 visiteurs professionnels sont attendus.

site officiel du SIAMAP

No responses yet

oct 24 2007

Porte à Mahdia

Published by under Architecture,patrimoine


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

No responses yet

oct 23 2007

Boulangerie dans la medina de Sfax

Published by under art de vivre,portrait


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

One response so far

oct 22 2007

Les cigognes de Sejnane

Published by under Environnement,Paysage


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Toute la vallée de la Medjerda est citée comme étant le lieu de prédilection pour la nidification de la Cigogne blanche en Tunisie. Cette vallée est appréciée par les oiseaux parce qu’elle comporte un nombre important de points d’eau ainsi que des champs. En effet, les cigognes recherchent des larges terrains plats, ouverts, comportant quelques arbres et particulièrement des maisons et des hauts toits.
La Tunisie accueille ainsi chaque année une population croissante de cigognes qui viennent s’y reproduire.

Sur la petite ville de Sejnane, on aurait recensé 52 nids en 1999 sur un total de 303 nids pour tout le pays. Le nombre de nids concentrés sur les anciens échafaudages métalliques de la gare est impressionnant. Les trains devenant de plus en plus rares, les oiseaux bénéficient d’une station déserte et calme.

La présence de la cigogne en Tunisie en très ancienne, elle est signalée au début du Ve siècle par Saint Augustin. On l’appelle communément, Haj Gacem, en référence semble-t-il à la migration de l’oiseau, qui dit-on, irait à la Mecque comme Pèlerin. Mais on retrouve aussi d’autres appellations : Bellarej, Bou laqlak ou Bou chaqchaq (référence au bruit que fait l’oiseau avec son claquement du bec), plus scientifiquement dirons-nous son nom est EL Laklak El Abiadh.

lire l’article complet sur www.protectiondesoiseaux.be

No responses yet

oct 21 2007

Le futur golf de Gammarth

Published by under Grands chantiers,tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

La douceur du climat, même en hiver, la diversité des paysages sont des atouts majeurs pour l’aménagement de Greens de qualité et des fairways en harmonie avec l’environnement.
Le Golf en Tunisie a une très belle histoire, car, le pays dispose de l’un des plus anciens terrains de Golf, celui de Carthage crée en 1927. Ainsi, la Tunisie d’un seul et unique parcours dispose aujourd’hui de 8 terrains opérationnels avec le Tabarka Golf Course, le golf de Carthage, Les golfs Citrus et Yasmine à Hammamet, le Golf Flamingo et le Palm Links Golf Course à Monastir, le Golf Club de Djerba, Le Tozeur Oasis golf et très prochainement le Golf de Gammarth.
Ce dernier golf avec un parcours de 18 trous (par 72), s’étend sur une superficie de 127 ha. Il a été dessiné par l’architecte Français Robert TRENT Jones II.

lire l’article de Audinet Tunisie

No responses yet

oct 20 2007

Salle d’attente ou d’embarquement

Published by under art de vivre,Insolite


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Tous ceux qui vont souvent en avion à Djerba reconnaitront sans mal ce lieu, il s’agit de la salle d’embarquement de Sevenair pour Djerba à l’aéroport de Tunis. Un lieu où nous passons un temps certain à attendre notre avion, de 1/2 heure quand on est chanceux à une bonne heure régulièrement voir certaine fois plusieurs heures les vendredi et week end. Dans l’autre sens même problème surtout le dimanche après midi ou soir.
Départ samedi prévu à 15h pour djerba, l’avion a finalement prix son envol à 15h45, retour dimanche prèvu à 22h45 pour un décollage à 23h50. En moyenne une heure d’attente et de retard pour un vol de moins d’une heure.
En résumé il est demandé d’arriver une heure et demie avant l’heure officielle de décollage, soit 21h15 pour un vol à 22h45, pour arriver à Tunis à 00h50 soit plus de 3h30 passées pour un vol de moisn d’une heure. Je pense que Sevenair pourrait aujourd’hui comme beaucoup de compagnies en Europe réduire ces temps d’enregistrement et d’embarquement et de garantir ses horaires.
Je na parle pas dans tout cela du temps passé sans aucune information, sans aucun service de compensation (un petit sandwitch, un petit verre, …) et l’impossibilité d’exiger une compensation financière dans le cas de retard supérieur à une heure comme cela se fait dans les grandes compagnies internationales…

One response so far

oct 19 2007

Le Champignon de Paris de Tunisie

Published by under agriculture


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Le champignon de Paris ChampiFrais est produit toute l’année en Tunisie, cueilli à la main dans les champignonnières de Borj El Amri, et mis en barquettes sur place, le champignon garde ainsi toute sa saveur et sa fraîcheur. La production du champignon frais ChampiFrais est continue et journalière, elle ne dépend pas des aléas climatiques (la chaleur, le froid, la pluie… n’influent ni sur la quantité ni sur la qualité de la production). Grâce à ce processus, le champignon est parfaitement propre, blanc et calibré. Dès la cueillette, le champignon est stabilisé. La durée de conservation du produit est importante (pouvant aller jusqu’à 8 jours).

Le champignon frais se consomme cru, cuit ou grillé. Il garde toute sa saveur à la cuisson, son goût est bien meilleur que celui du champignon en conserve. Savoureux légume, le champignon de Paris s’intègre parfaitement dans une cuisine saine et légère, sans parler bien sûr de ses saveurs inimitables. Le champignon, qui contient peu de calories, est souvent recommandé dans les régimes alimentaires. Il est très riche en minéraux, oligo-éléments et vitamines (B, D et K). Ses fibres aident au bon fonctionnement de l’intestin. Très pauvre en sodium, il est recommandé dans les régimes sans sel.

No responses yet

oct 18 2007

Trésors du patrimoine Tunisien (1)

Vénus sortant d’un coquillage.


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Généralement représentée lors de sa toilette ou de son triomphe, Vénus est ici entièrement nue et évoluant somptueusement dans un immense coquillage au dessous duquel s’ébattent deux dauphins. Provenance Maison Africa, El Djem, seconde moitiè du IIème siècle, mosaïque romaine, musée archéologique de El Djem.

2 responses so far

oct 17 2007

Un oeil sur la pub en Tunisie (2)

Published by under publicité

Affiche Tunisie Telecom


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Tunisie Telecom est l’opérateur national en téléphonie fixe et mobile, leader sur le marché malgré la concurrence acharnée de Tunisiana l’opérateur privé en téléphonie mobile. Tunisie Telecom qui depuis plus d’un an se recherche visuellement avec un défilé de campagnes, véritable panoplie de thèmes et concepts marketing, a signée cet été avec l’agence K&K qui gérait jusqu’alors le marché de Tunisiana. Je sais cela devient déjà très compliqué … mais nous sommes en Tunisie, je vous le rappelle !
Ramadan fut donc l’occasion pour TT et K&K de lancer pleinement leur collaboration. Rien de nouveau du côté de K&K, si ce n’est la charte graphique et les couleurs qui passent du rouge au bleu … Toujours ces mêmes concepts publicitaires utilisés maintenant depuis plus de 15 ans qui sont une popularisation des contenus médiatiques, les mannequins sont des gens simples comme vous et moi, voir souvent excessifs, enfants obèses, tenues des plus basiques, coiffures et maquillages aléatoires, … L’idée est de communiquer sur des scènes et des gens du quotidien et de la rue. Les slogans sont parfaitement adaptés composés de citations et références aux dialectes populaires.
Très bien, mais je pense qu’après l’avoir fait pour Tunisair, Virgin, Land’or, Tunisiana, … et j’en oublie, il serait bien de se renouveler.
Pour cette affiche même règle de « karouisation », une photo très bas de gamme, une charmante demoiselle tout ébouriffée et une position particulièrement étrange avec une main levée qui ne dit pas grand chose et qui est particulièrement disgracieuse, nous salue t’elle ? Se serait-elle cassé le poignet, et appellerai les secours, …. le slogan que je traduirais par  » On a tous la même parole  » ne m’aide guère à comprendre.
Que nous promet donc TT, est ce une campagne institutionnelle ou produit ?
Il s’avère en fait qu’il s’agit d’une reprise du spot publicitaire. Je pense que la vidéo et la photo sont deux supports bien différents en technique et perception, il faudrait savoir judicieusement les utiliser.

PS : Avez vous trouvé l’image subliminale qui se cache dans ce visuel … le téléphone, sa couleur est celle de Tunisiana !!!

Pour essayer de comprendre ce visuel, Voir le spot video sur prosdelacom.com

2 responses so far

oct 16 2007

Boucher et restaurant routiers

Published by under art de vivre,Insolite


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Sur les routes de Tunisie, près des villages ou en campagne, sont installées des boucheries. La viande y est partciulièrement fraîche et il est possible de faire griller sa viande et de la manger sur place accompagnée généralement d’une salade et de frites. Ces boucheries sont aussi de petits restaurants routiers. Elles sont repérables à leurs couleurs chatoyantes très souvent rose ou rouge ainsi que par leur barbecue enfumé posé à l’extérieur au bord de la route. Généralement on y mange très bien avec l’avantage de pouvoir partciciper et controler la cuisson de sa viande de mouton, d’agneau et de dromadaire dans certaines régions.

No responses yet

oct 15 2007

Le chantier de la Cité de la Culture

Published by under Architecture,Grands chantiers


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Le plus grand complexe de production et d’animation culturelle du pays ouvrira ses portes en 2009 à Tunis.
« Vaisseau amiral », « fleuron », « projet pharaonique » « Beaubourg de Tunis »… Au sein même du ministère tunisien de la Culture, les superlatifs ne manquent pas pour qualifier la future Cité, dont la construction a repris au cœur de la capitale. Une chose est sûre, ce mégaprojet, dont les travaux s’achèveront en 2009, sera le plus grand espace de production et d’animation culturelle du pays. En outre, il comptera comme le troisième lieu culturel d’envergure dans le monde arabe, après l’Opéra du Caire et celui de Damas. « Et tout cela sans pétrole ! » fait remarquer avec fierté l’un des responsables du projet.

… La Cité dispose de 9 hectares au cœur de la capitale, le long de l’avenue Mohammed-V. Le bâtiment, dont le chantier est confié au ministère de l’Équipement, est piloté par l’architecte Riyadh Bahri. Il s’étalera sur 50 000 m2 et sera doté d’une tour de 60 mètres. Il abritera un opéra de 1 800 sièges, une scène de 800 places, un théâtre expérimental pour 300 spectateurs, deux salles de cinéma, une galerie d’art moderne, une médiathèque, un complexe commercial librairie-vidéothèque, des espaces de vie, de loisir et de restauration. Un Palais des congrès, des salles pour séminaires et colloques seront aménagés à l’intention des collectivités et des associations. Cette première tranche sera terminée en 2009. La seconde concernera le « grand musée des Civilisations », un espace de 20 000 m2 supplémentaires réservé aux pièces du patrimoine national ainsi qu’aux grandes expositions archéologiques venues d’ailleurs.

Tous ces atouts rendent confiant le ministre de la Culture, Mohamed el-Aziz Ben Achour, pour qui ce projet est : « La mise en œuvre d’une culture pour tous encourageant la création et accompagnant la mondialisation. » « Avec ce nouvel espace, la culture en Tunisie va bondir vers d’autres horizons. Et passer au stade supérieur du professionnalisme », renchérit le directeur de la programmation, Raja Farhat. Intellectuel brillant et communicateur hors pair, l’homme n’est jamais à court d’idées. Mais il joue gros.

« Ce sera la cité des gens de culture, clame le ministre Ben Achour. Son objectif est d’assurer l’épanouissement de la création tunisienne. » En projetant d’accueillir toutes les manifestations nationales ou de servir d’adresse pour le festival de Carthage ou les JCC [Journées cinématographiques de Carthage] », la Cité compte « servir, grâce à un système de location et de cahier de charges, d’infrastructure destinée aux artistes qui ne disposent pas d’espaces propres », assure Farhat.

Reste la grande inconnue : le public… « Il faut renouveler le public, miser sur d’autres générations, réplique le directeur de la programmation. En Tunisie, nous ne sommes pas seulement unilingues et tournés vers un Orient mystique, comme le pensent les pessimistes. Les acteurs de la vie culturelle prépareront le jeune public à accueillir de nouvelles musiques. Toujours est-il que la ferveur et les moyens actuellement mis en œuvre pour créer la Cité de la culture, ainsi que l’obsession de ses responsables à voir les choses en grand – parfois contre toute logique administrative -, prouvent que le pouvoir local a pris conscience de l’enjeu culturel. Et semble bien déterminé à faire de la culture une option politique contre l’intégrisme. « La Cité sera un avant-poste contre l’obscurantisme et la décadence », déclare sans détour le ministre.

Lire la totalité de l’article paru dans Jeune Afrique
Par Fawzia Zouari pour Jeune Afrique

2 responses so far

oct 14 2007

Excursion à Ksar Ouled Soltane

Published by under Architecture,tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Quittez Tataouine par le sud en prenant la route de Remada, à 1,5 km du centre ville prenez à gauche direction Maztouria ; après 20 km de nouveau à gauche jusqu’au village perché sur une petite colline de Ksar Ouled Soltane. Traversez la partie moderne pour rejoindre la grande Mosquée où en face un très bel ensemble de ghorfas disposés sur deux cours s’offrent à vous.

L’un des rares exemples de ksar fort bien conservé et entretenu par les habitants du village et où les hordes de touristes sont bien contenues. La première cour fut construite au XVIe siècle et fut complétée au XIXe par une seconde reliée par un passage couvert. Les façades sont ponctuées d’alvéoles fermées par de petites portes en bois de palmier et accessibles, pour celles qui sont à l’étage, par des escaliers rudimentaires composés de simples pieux de bois encastrés dans la maçonnerie. Chaque alvéole correspond à un grenier où les nomades stockaient leurs récoltes et provisions. L’architecture de ces greniers est élémentaire, il s’agit de minuscules pièces voûtées oblongues faîtes de moellons maçonnés et empilées les unes sur les autres. Une simple plate-forme en bois étaient disposées en façade devant chaque porte faisant office de balcon. Plus tard, certaines ghorfas furent accessibles par des escaliers étroits en maçonnerie. Aujourd’hui, quelques villageois utilisent encore ces ghorfas pour y engranger le grain et les olives, mais la réalité est que ces lieux sont de plus en plus abandonnés et seuls les journées du festival des ksour du mois de mars semblent redonner vie et animation au cœur de ce village.

No responses yet

oct 13 2007

la saison des piments

Published by under agriculture,art de vivre


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

De retour de Djerba, sur la route de Tunis à quelques kilomètres au sud de Kairouan l’on traverse des villages entièrement couverts de piments. C’est la saison de la récolte des piments qui sont ensuite suspendus à l’extérieur aux murs des maisons, sur des piquets au bord de la route, sur les arbres, pour les faire sécher. Ils seront ensuite broyés pour faire de la poudre qui servira à la cuisine ou transfomée en harrissa.

No responses yet

oct 12 2007

Repas de chèvre

Published by under agriculture,Environnement


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Dans la campagne djerbienne au milieu d’un champ d’oliviers, une chèvre dégustent une branche d’olivier.

No responses yet

Next »