Archive for septembre, 2007

sept 10 2007

Mariage djerbien

Published by under Traditions


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Les mariages à djerba et dans les différentes régions de Tunisie sont l’occasion de réunions entre femmes. Chacune vient parées de ses plus beaux habits traditionnels et bijoux en or et argent. Les costumes différent selon les régions de Tunisie. Le rythme varie aussi et les cérémonies durent entre 5 et 7 jours.

No responses yet

sept 09 2007

Le chantier du pont de Radès

Published by under Grands chantiers


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Construction d’un pont haubanais extradossé d’une longueur de 260 mètres entre Radès et La Goulette, remblaiement de 25 hectares sur Les Berges du Lac de Tunis pour y aménager le premier échangeur «tous sens», extension de la liaison nord vers la foire du Kram : c’est un méga projet qui aura nécessité, entre autres, l’utilisation de 8.000 tonnes d’acier, de 65.000 tonnes de béton et plus d’un million de mètres cubes de remblais. Un des plus importants chantiers qui vont transformer le rythme de la vie dans la ville de Tunis.

Un nouveau fleuron urbanistique qui donnera indéniablement une nouvelle touche de modernité à la ville de Tunis. Beaucoup plus qu’un simple axe structurant qui reliera les deux rives nord et sud du «Lac» de Tunis, ce projet est un complexe d’ouvrages et de routes d’une portée de 14 km et demi, appelé non seulement à faciliter les communications entre la banlieue nord et sud mais sera aussi le vecteur d’une synergie qui induira incontestablement une nouvelle dynamique économique, sociale et culturelle. Une tâche herculéenne qui a nécessité la mobilisation de 130 millions de dinars.

En effet, «le projet comprend la construction de 2.000 mètres d’ouvrages d’art, y compris le pont principal d’une longueur de 260 mètres et 12,65 Km de routes à 2×2 voies. Le tracé routier prend donc son origine à la MC33 au niveau de la cité Ennour à Rades, passe par les berges du lac sud, à l’ouest du port de Radès, traverse le canal de navigation de Tunis, enjambe la ligne du métro Tunis-La Marsa, se poursuit derrière la centrale de la Steg de La Goulette, emprunte la digue du lac nord et s’arrête au niveau de la foire du Kram assurant ainsi la liaison avec la voie express La Marsa-Gammarth», indique M. Ghazi Cherif, directeur du projet.

Un pont haubané

Il s’agit de l’ouvrage de franchissement du canal de navigation de la Goulette. Le bras de mer qui, de tous temps, a constitué une entrave au développement économique entre les deux banlieues ne sera plus un obstacle, puisqu’un pont à haubans assurera, dès l’année 2008, une liaison directe, rapide et permanente entre Radès et La Goulette.

Ce pont est donc appelé à soulager les accès sud de la capitale. D’ailleurs «on s’attend à un trafic qui pourrait atteindre 30000 véhicules tous types confondus dès l’entrée en service de ce pont», affirme M.Cherif. Mais il s’agit aussi d’assurer la liaison rapide entre deux ports de commerce des plus importants, à savoir le port de Radès et celui de La Goulette et favoriser ainsi l’exploitation de ces deux pôles économiques.

C’est donc «un pont haubané de type extradossé d’une longueur de 260 mètres», indique M.Ghazi Cherif. Il s’agit en fait d’un pont qui a une largeur de 23,5 mètres, constitué de deux voies de 3,5 mètres chacune, d’une bande d’arrêt d’urgence de 2 mètres par sens et d’un terre-plein central de 2,5 mètres pour abriter deux tours qui vont culminer à 43 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il est à signaler que le pont permettra de dégager une emprise navigable de 70 mètres pour permettre le passage des bateaux sous le tablier plafonné à 20 mètres. Le port de Tunis, qui est destiné à une fonction axée sur la plaisance n’accueillera plus les grands navires.

extrait tiré du site de la ville de Radès

One response so far

sept 08 2007

Sortie du bain

Published by under art de vivre,Traditions


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Dans la medina de Tunis on compte un grand nombre de hammams, certains sont réservés aux hommes d’autres aux femmes. L’un des plus célèbres se trouve au coeur de la medina près de la grande mosquée et des médersas, c’est le Hammam el Kachachine.
Les hammams sont reconnaisables par leurs portes multicolores peintes généralement de jaune, rouge et vert. Réservé aux hommes, l’accès au hammam el Kachachine se fait en traversant d’abord un salon de coiffure et barbier.
Les hommes en ressortent au bout de une à deux heures, lavés, massés, coiffés et rasés, ils se couvrent souvent d’un burnous de laine blanc.
une expérience à vivre.

No responses yet

sept 07 2007

Le site archéologique romain de Dougga

Published by under archéologie,patrimoine,tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com
C’est la ville antique de Dougga qui se présente à vous telle qu’elle était à la fin de l’époque romaine, la ville romaine est adossée à flanc de collines au milieu d’oliviers et de champs de blé. Le cité antique qui s’étend sur plus de 25 ha est vierge de toutes constructions depuis l’époque byzantine et vous invite à flâner à travers ses ruelles pavées à la découverte de quelques uns des plus beaux monuments de l’art romain.

Occupé dès la préhistoire, le site, aux terres fertiles et aux nombreuses sources, attira les hommes. Sa première véritable installation aurait une double origine, libyque et punique, la ville aurait alors prit une certaine importance dès le 4ème siècle avant JC. Le soutien des rois numides, notamment Massinissa, à Rome lors de la seconde guerre punique favorisera le développement de cette cité mais César, après sa victoire sur Pompée en 46 avt JC soutenu par Juba 1er, roi des numides, va conquérir les territoires numides et annexer la ville rebaptisée Thugga. Des citoyens romains vinrent s’installèrent, deux communautès vécurent alors en parallèles. Thugga accéda en 205 au rang de municipe puis de colonie romaine en 261 donnant ainsi le titre de citoyens romains à tous ses habitants.

La ville s’enrichit grâce à l’agriculture et au commerce et s’embellit rapidement de monuments grandioses édifiés par les riches propriétaires de la ville. Amphithéâtre, théâtre, grands thermes et temples furent érigés, la ville prit très vite une allure de cité romaine bourgeoise. Le christianisme fit son apparition au 3ème siècle et le déclin progressive de la ville au 5ème la protégea des invasions Vandales. Au 6ème siècle, les byzantins reprirent la main sur la cité et édifièrent à l’emplacement du forum et du capitole une imposante forteresse. La ville ne subit pas de nouvelles invasions, seuls quelques agricultures occupèrent durant les siècles qui suivirent le site, le protégeant ainsi des pillages et d’un effondrement complet. A la fin du 19ème siècle les français mirent la main sur le site, ils construisirent alors la Nouvelle Dougga afin de reloger les habitants qui occupaient les ruines et entreprirent d’importantes fouilles et restaurations. Le site est aujourd’hui un haut lieu culturel et archéologique du pays qui a livré de remarquables mosaiques exposées au musée du Bardo et présente un éventail complet de monuments publics et privés d’époque romaine.

L’accès au site peut s’effectuer depuis la route de la Nouvelle Dougga ou depuis la route venant de Téboursouk, nous privilégions la première qui offre un panorama complet sur le site. La visite complète nécessite une bonne demi-journée, mais le cœur de la cité peut être visité en deux bonnes heures. Nous vous recommandons de rejoindre le forum, cette vaste place est dominée par le capitole, une place semi circulaire complète cet ensemble majestueux. Un peu en avant et en contre bas le marché a gardé sa structure initiale, redescendez ensuite vers les grands thermes Liciniens, les maisons du Trifolium et le mausolée libyco-punique. A gauche du forum, après l’arc d’Alexandre Sévère rejoignez le très beau Temple de Caelestis. La voie romaine partant à droite du forum mène au théâtre presque intacte puis à la basilique et aux temples situés plein nord.
La qualité de conservation de ces monuments reste quasi unique, la ville vous donne un aperçu remarquable des cités romaines de l’empire.


Plus de Photos sur Dougga

No responses yet

sept 06 2007

La rentrée des classes ….

Published by under art de vivre


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

La rentrée des classes se déroulent tout au long de cette semaine, les écoliers retrouvent leurs cartables et leurs blousses pour une nouvelle année d’étude.

3 responses so far

sept 05 2007

Les soirées tunisiennes

Published by under art de vivre


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Alors que la rentrée et ramadan approchent une dernière image en souvenir de cet été. Nuits endiablées et pleines de charme dans les discothèques tunisiennes l’été.

No responses yet

sept 04 2007

La fin des vacances

Published by under art de vivre,Paysage,tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Pour beaucoup aujourd’hui c’est la rentrée ou plutôt la fin des vacances, les enfants reprennent le chemin de l’école, les parents retrouvent leur bureau et ceux qui ont la chance de pourvoir prendre leurs vacances maintenant vont profiter d’une basse saison plus calme, plus douce et reposante.
Alors bonne chance aux vacanciers …

No responses yet

sept 03 2007

Couvertures de laine

Published by under art de vivre,tourisme


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Les vendeurs des souks sont de vrais artistes de l’étalage commercial, rien à envier aux hypermarchés modernes. Une présentation parfaite, une marchandise abondante et variée, seule le prix fait défault, mais n’est ce pas là le charme des souks. Imaginez chaque matin, le montage et chaque soir le démontage. Un art du commerce qui prête souvent à définir les souks comme l’origine de nos hypers, tout en regrettant aujourd’hui la froideur de ces lieux asceptisés.

One response so far

sept 02 2007

Tortues à vendre

Published by under art de vivre


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Dans les souks on trouve de tout, même des tortues … au grand bonheur des enfants.

No responses yet

sept 01 2007

Visite à Habib Bourguiba

Published by under patrimoine


© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Le mausolée de la famille Bourguiba qui était fermé au public depuis 1963 et jusqu’au 6 avril 2000, date de la disparition de l’ancien président, père de l’indépendance et de la nation tunisienne, est aujourd’hui un lieu ouvert à tous. Les tunisiens et les touristiques viennent quotidiennement visiter ce lieu à la mémoire de Habib BOURGUIBA. L’édifice, construit au bout d’une immense esplanade, est précédé de deux imposants minarets. Une fois passé les portes en bronze ciselées d’une incription rendant hommage au président, une galerie de colonnes vous guide vers le bâtiment central dominé d’une imposante coupole sous laquelle repose le tombeau de Bourguiba.

No responses yet

« Prev