Archive for the 'tourisme' Category

août 20 2008

Fort Génois et Tabarka

Published by under Environnement,Paysage,tourisme

Vue depuis le fort génois et son phare sur la ville et la côte de Tabarka au coucher du soleil

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Vue depuis le fort génois et son phare sur la ville et la côte de Tabarka au coucher du soleil

No responses yet

août 03 2008

On the road … Monastir

Rue devant le ribat de monastir en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

No responses yet

août 02 2008

By night

Published by under Paysage,tourisme

la plage de monastir la nuit en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

No responses yet

août 01 2008

Scène de plage … Parachute

Published by under tourisme

Parachute ascensionnel sur les plages de Tunisie, animation nautique

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

No responses yet

juil 31 2008

Scène de plage … En attendant le repas.

Published by under Environnement,Insolite,tourisme

Sur les plages de Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

La canicule sévit, elle nous étouffe, nous ne respirons plus. La chaleur d’aoussou (période allant du 25 juillet au 2 septembre) est réputée la plus dure de l’année. Dans la mémoire populaire, aghost est terrible, mais les meilleurs bains de mer, ce sont ceux qu’on prend en cette période, ils sont bénéfiques et pour le corps et pour l’esprit. Ainsi nous amorçons un retour salvateur à la mer. Comme nous le suggère un slogan bien de chez nous, nous n’allons pas «bronzer idiot», au contraire, nous continuons nos observations sur ce qui nous entoure. La plage est pleine de vie, une vie intense dans le cadre de ce que les spécialistes ont appelé la chaîne alimentaire marine. A la base, il y a le phytoplancton (végétal) qui sert de nourriture au zooplancton (animal) et la chaîne continue. Le zooplancton est à son tour dévoré par beaucoup d’autres habitants du milieu marin dont certaines espèces appelées mollusques à cause de leur corps qui est mou et sans vertèbres. Nos rivages pullulent de ces invertébrés dont un nombre important de bivalves que nous avons commencé à élever de surcroît pour satisfaire le plaisir de les déguster par des gourmets de plus en plus nombreux de par le monde.
Si l’eau de mer est trop chargée de sel, la nôtre l’est encore plus, vu la chaleur qui règne et l’évaporation qui s’ensuit, cela procure à nos fruits de mer un goût exquis.
Nos eaux de l’extrême Sud abritent les espèces les plus délicieuses au monde. Les praires de Boughrara, à la coquille épaisse et strillée en profondeur, sont d’une grande renommée, la clovisse, la proche cousine des praires, dont les stries sont plus fines. Si elles sont moins prestigieuses, elles sont néanmoins aussi savoureuses.
La moule à la coquille ovalaire et aux bords tranchants est d’une couleur d’une grande beauté. Elle est, en effet, bleu noir aux reflets violets, riche en iode, l’odeur caractéristique de la mer, elle est d’une grande finesse de goût.
Les autres mollusques bivalves sont très nombreux, nous avons la coquille Saint Jacques, une des plus volumineuses, elle peut atteindre 15cm, elle est plutôt rare, ou mal exploitée chez nous, puis toutes les autres petites espèces, comme les haricots de mer que nous appelons Loubya, ce sont les olives de nos amis français, les couteaux ce sont des mollusques à coquilles longs et minces ressemblant à des couteaux.
Dans les mollusques les plus prisés depuis l’Antiquité, nous élevons les huîtres, coquillages plats, rugueux et irrégulièrement arrondis, ils sont d’une saveur paradisiaque.
Enfin, nous ramassons toute l’année le bigorneau, plus humble et à la portée de tous, seules les fines bouches savent apprécier son goût iodé.
Tous ces animaux à chair appétissante sont à consommer dans quelques jours au mois de septembre, les fins connaisseurs nous conseillent de ne les déguster que durant les mois en «r», nous les croyons et leur disons Amen.

Texte de Abderrazek EL FEKI extrait de la presse

No responses yet

juil 30 2008

Scène de plage …

Published by under Environnement,Insolite,tourisme

Sur les plages de Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

No responses yet

juil 29 2008

Cracheur de feu

Published by under Insolite,portrait,tourisme

cracheur de feu en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

No responses yet

juil 07 2008

Charmeur de serpents à Djerba

Published by under Insolite,portrait,tourisme

Cobra du charmeur de serpent Abdel à Djerba.

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

le baiser au cobra du charmeur de serpents Abdel à Djerba

Abdeslem Moslah, dit Abdel, est charmeur de serpents à Djerba. Il travaille avec des cobras, pythons et boa ainsi que d’autres espèces de reptiles. Son spectacle très spectaculaire est une référence en Tunisie, il parcoure les hôtels dans un espoir futur de développer un centre et parc de reptiles à Djerba.

Ici il s’agit d’un cobra. Les cobras sont très utilisés par les charmeurs de serpents. En principe, les crochets du serpent sont retirés mais Abdel lui les conserve au risque de sa vie. En fait, l’essentiel pour le charmeur est de captiver l’animal par les mouvements de sa flûte. Le serpent est sourd et est donc totalement indifférent à la musique. Mais le danger réside dans la capacité qu’à le cobra d’expulser brusquement de l’air de son poumon, tandis qu’une contraction musculaire fait jaillir le venin à la base du crochet. Le venin est alors soufflé en fines gouttelettes. Projeté sur la peau, il est pratiquement sans effet mais le cobra le projette à la hauteur des yeux. Si l’œil n’est pas rincé aussitôt, la cornée peut être détruite et la cécité apparaître en quelques dizaines d’heures.

No responses yet

juil 06 2008

Transfert de 105 crocodiles de Djerba à Civaux (3)

Published by under Insolite,tourisme

crocdiles du Nil dans les bassins de la Palnète des Crocodiles à Civaux en France

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Sortie des cages des crocodiles adultes à CivauxL’opération était dirigée pour le compte des deux parcs par le consultant et fondateur de la ferme aux crocodiles de Pierrelatte, Luc Fougeirol, ainsi que par les équipes spécialisées dans les crocodiles du Parc Djerba Explore et de la Planète des Crocodiles.
Les crocodiles transférés :
5 crocodiles de Nil de l’âge 9 ans originaire de Madagascar et élevé dès l’âge de 6 mois en Tunisie au Parc Djerba Explore, quatre femelles de 2,50 m et 200 kg et un mâle de 3,20 m de 270 kg
100 crocodiles du Nil de l’âge de 4 ans nés en centre d’élevage à la ferme aux crocodiles du Parc Djerba Explore, les animaux font en moyenne 1,50 m.

One response so far

juil 05 2008

Transfert de 105 crocodiles de Djerba à Civaux (2)

Published by under Insolite,tourisme

Mise en soute dans un avion de Tunisair des 105 boites avec les crocodiles du Parc Djerba Explore en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

… Les crocodiles ont été transférés de nuit en camion de Djerba à Tunis pour être ensuite embarqués en soute spéciale dans un avion à destination de Paris. Une fois les formalités douanières, sanitaires et vétérinaires effectuées à Roissy, le trajet final s’est fait de nuit dans un camion de Paris à Civaux (86) avant d’être immédiatement remis en eau dans leurs bassins respectifs de la Planète des Crocodiles de Civaux.

No responses yet

juil 04 2008

Transfert de 105 crocodiles de Djerba à Civaux (1)

Published by under Insolite,tourisme

Capture et injection d’une puce à un bébé crocodile au Parc Djerba Explore en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Dans le cadre de l’ouverture prochaine de la Planète des Crocodiles de Civaux (France – 86) il a été effectué le transfert de 105 crocodiles du Nil du Parc Djerba Explore en Tunisie à Civaux en France. L’opération exceptionnelle réalisée sur deux jours en camion et en avion visait à transférer 100 crocodiles du Nil de 4 ans et 5 crocodiles du Nil de 9 ans du Parc Djerba Explore, parc aux crocodiles ouvert au public et qui dispose aujourd’hui d’un élevage de bébés crocodiles, à la Planète des Crocodiles de Civaux. Les étapes ont consisté à tout d’abord isoler et capturer les cinq crocodiles adultes (1 mâle et 4 femelles) présents au cœur de 400 crocodiles du Nil dans les bassins en plein air ouverts au public du Parc Djerba Explore en Tunisie, pour les mettre en caisse. En parallèle 100 bébés crocodiles âgés de 3 et 4 ans, nés au centre d’élevage du Parc Djerba Explore, ont été mis en caisse.

No responses yet

juil 03 2008

La maman et son bébé crocodile

Published by under Insolite,tourisme

Bébé crocodile dans la bouche de sa mère après sa naissance - Parc Djerba Explore en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Image exceptionnelle que cette maman crocodile qui prend après l’éclosion des oeufs et la sortie du bébé son enfant dans la bouche pour le protéger et aller le mettre à l’abri des prédateurs. Cette image réalisée dans la ferme aux crocodiles du Parc Djerba Explore montre le succès de la réintégration de bébé auprès de leur mère dans un parc. Cet acte est identique à celui des crocodiles sauvages et reste exceptionnel pour des crocodiles qui n’ont vécu qu’en captivité. Un succès pour le Parc Djerba Explore qui montre en plus de la réussite de ce lieu, qu’ils sont aujourd’hui un lieu où les crocodiles évoluent quasi à l’identique de leur milieu sauvage.

3 responses so far

juil 02 2008

Naissance de Bébés Crocodiles à Djerba Explore

Published by under Environnement,Insolite,tourisme

Naissance de Bébés Crocodiles au Parc Djerba Explore en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Au début du mois de juillet les oeufs de crocodiles, qui furent collectés dans les bassins du Parc Djerba Explore puis mis en couveuse, commencent à éclore. Les cycles annuels de la reproduction des crocodiles du Nil présents dans les bassins de la ferme aux crocodiles du Parc Djerba Explore se maintiennent et confirment chaque année le succès de cet unique parc à ciel ouvert du bassin méditerranéen, les crocodiles âgés maintenant de 9 ans en sontà leur cinquième année de reproduction.

No responses yet

juin 20 2008

Site archéologique de Chemtou

Published by under archéologie,tourisme

Site archéologique de Chemtou en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Carrière de marbre sur le site archéologique de ChemtouChemtou ou Chimtou est un site antique du nord-ouest de la Tunisie anciennement rattaché à la province d’Afrique proconsulaire. L’ancienne Simitthu (Simitthus à l’époque romaine) est située à 20 kilomètres de la ville de Jendouba, à proximité de la frontière algérienne, au carrefour de deux importantes routes : celle qui relie Carthage à Hippo Reggius (actuelle Annaba) et celle de Tabraca (actuelle Tabarka) à Sicca Veneria (actuelle Le Kef).
La ville naît après la conquête de la vallée de la Medjerda par les Numides. On suppose qu’elle existe déjà au Ve siècle av. J.-C.. Peu à peu, la petite cité se développe grâce aux routes commerciales. Plus tard, Micipsa érige au sommet d’une montagne un sanctuaire pour son père défunt, le roi numide Massinissa, qu’il bâtit grâce aux carrières de marbre qui auraient été exploitées dès le IIe siècle av. J.-C.. Ce marbre appelé « marbre numide » (marmor numisticus) était caractérisé par une palette de couleurs variant entre le jaune et le rose. Il aurait été également utilisé dans la construction d’édifices locaux de prestige (temples et villas surtout) mais aussi dans les différentes provinces romaines et byzantines. La ville devient, au début de l’Empire romain, municipe puis colonie sous le nom de Colonia Iulia Augusta Numidica Simitthu.
Une campagne de fouilles réalisées par une équipe archéologique tuniso-allemande a permis de mettre à jour la cité numide puis romaine, ainsi qu’une voie spéciale la reliant à Tabarka qui permettait d’acheminer le marbre vers la mer Méditerranée. Les vestiges exhaussés sont ainsi typiques des cités romaines avec temples, thermes, aqueduc, amphithéâtre ainsi que logements pour les ouvriers carriers dont le nombre pouvait dépasser le millier.

No responses yet

juin 15 2008

Le cerf de Barbarie de Feidja

Le cerf de Barbarie au parc national de Feidja - Kroumirie - Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Le parc national d’El Feidja est au centre d’une très belle forêt de chênes-lièges et de chênes-zéens. En plein centre de la Kroumirie, dans la région la plus montagneuse du pays, le massif d’El Feidja s’étend sur plus de 15.000 hectares. C’est ici que prend naissance l’oued Medjerda dans des gorges d’accès très difficile. Le relief est constitué de collines d’une altitude allant de 500 à 1500 mètres, point culminant du parc du nom de Statir.
La zone protégée du parc, créé en 1990 s’étend sur 2632 hectares. Elle est venue s’ajouter à une zone de protection intégrale d’environ 420 hectares, aménagée en 1961, pour protéger quelques hardes de cerfs de Berbérie qui transhumaient à la frontière entre la Tunisie et l’Algérie. Le parc se situe dans l’étage bioclimatique humide à hiver tempéré. Le climat est doux en été. La pluviométrie moyenne annuelle est de 1200 mm avec des pointes de 1500 mm sur les hauteurs. L’hiver, un manteau de neige recouvre pour quelques jours tout le parc. Dans le parc coulent une vingtaine de sources.
Le cerf de Berbérie est la principale espèce du parc d’El Feidja. Le sanglier est abondant. Il vit avec d’autres espèces de mammifères comme le chacal, le renard mais aussi l’hyène, la mangouste, la loutre, le porc-épic et le chat ganté. Selon les saisons, on peut observer en automne et en hiver le passage de bécasses, durant les mois de novembre et décembre d’importants vols de palombes. Parmi les oiseaux du parc on compte aussi l’aigle botté, la buse féroce, le grand corbeau, le faucon pèlerin, le pigeon ramier et la tourterelle des bois.
Dans le parc vivent aussi des reptiles comme la tortue grecque, la vipère lébétine et la couleuvre vipérine. La forêt recouvre 90% du parc. à 760 mètres d’altitude, le massif forestier est un des plus sauvages de Tunisie. Deux essences dominent le paysage : le chêne zeen et le chêne liège. La zénaie d’El Feidja est l’une des meilleures d’Afrique du Nord. En sous-bois pousse une flore abondante ; lentisques, bruyère, fougère, myrte etc. On peut y faire de belles randonnées grâce aux sentiers aménagés par les Services des Forêts.
Texte extrait du site tunismania.com

No responses yet

mai 24 2008

Au pelerinage de la Ghriba (2)

Published by under tourisme,Traditions

Au pelerinage de la Ghriba à djerba en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Scène de vie à la synagogue de la Ghriba lors du pélerinage à Djerba

One response so far

mai 23 2008

Au pelerinage de la Ghriba

Published by under tourisme,Traditions

synagogue de la Ghriba à Djerba en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Scène de vie à la synagogue de la Ghriba lors du pélerinage à Djerba

One response so far

mai 09 2008

Le golf de Gammarth

Published by under Grands chantiers,tourisme

Le nouveau Golf de Gammarth en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Le nouveau Golf de Gammarth vu de d’avion

2 responses so far

mai 06 2008

La grande mosquée de Carthage

 Voie romaine menant à la Grande mosquée de Carthage en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Joyau de l’architecture religieuse arabo-musulmane contemporaine, cette mosquée occupe le sommet de l’une des collines de Carthage, son inauguration eu lieu le 11 novembre 2003. Elle témoigne de l’intérêt constamment accordé par son excellence le Président Zine El Abidine Ben Ali à la religion musulmane et aux lieux de culte. D’ailleurs, peut-on la considérer comme un geste de revitalisation des quelques siècles de la présence arabo-musulmane sur ce site et dont il ne subsiste presque rien, hormis les quelques tessons de céramique et les quelques fragments d’inscriptions epars dans les lieux. Le choix du site est judicieux, étant la mosquée érigée au coeur du site archéologique de Carthage, entre l’Odéon, la Rotonde et la basilique Damous El Karita, trois monuments antiques symboles de notre passé. « Cet edifice cultuel et civilisationnel à volumétrie majestueuse aux façades harmonieuses et sobres s’inscrit sans heurt dans l’environnement sensible et conservateur de Carthage ». Le style éclectique du monument représente une synthèse de l’art de bâtir depuis l’arrivée, dans nos contrées, des premières armées musulmanes à nos jours. Il représente « l’authenticité islamique tunisienne…les bonnes traditions héritées de nos pères et de nos aïeux, traditions qui sont autant d’éléments de notre personnalité ». Les principales sources d’inspiration fûrent la mosquée de Okba à Kairouan, la mosquée Al Zaytûna à Tunis, à côté d’autres nombreuses références. L’exécution des différentes composantes sont l’oeuvre d’architectes et d’artisans tunisiens.

texte extrait du site Medina Portal

One response so far

mai 05 2008

Pêcheur à Carthage

Pêcheur dans le port punique de Carthage en Tunisie

© Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Pêcheurs revenant d’une sortie en mer dans les ports puniques de Carthage

No responses yet

« Prev - Next »